LA COMMUNICATION DES COLLECTIVITÉS LOCALES

PASCAL DAUVIN
Parution 2015, 174 pages, 18,50 euros

Commander

Faut-il encore interroger la communication des collectivités territoriales alors que les travaux professionnels ou académiques semblent avoir tout dit ? La réponse à la question est assurément positive si l’on prend soin de croiser sociologie des professions et sociologie des institutions sous l’angle de la politisation. À cette condition, l’analyse révèle, au-delà du simple constat, ce que signifie concrètement reformuler son rapport au politique pour des professionnels soumis à l’idéologie managériale. Dans le même temps, croiser les approches permet de désenclaver le sujet en l’articulant aux logiques du métier politique. Les élus et leurs auxiliaires organisent la communication : ils recrutent, assignent une place, valident, font confiance, imposent… Bref, ils inscrivent les communicants dans un ordre institutionnel où chacun négocie la signification politique de ses actes en fonction de sa socialisation, de ses croyances, de la hiérarchie, des expertises concurrentes ou des intérêts en présence.
Ce travail ne considère pas la communication des collectivités locales comme un objet en soi mais comme un terrain exemplaire pour accéder aux nouvelles formes de dominations symboliques et aux redéfinitions des identités collectives. Il est aussi exemplaire des transformations de l’action publique, des justifications et des pratiques légitimes dans les sociétés démocratiques.

Pascal Dauvin est maître de conférences en science politique, habilité à diriger les recherches. Il a notamment co-écrit avec Johanna Siméant Le travail humanitaire (Presses de sciences po, 2002) et dirigé La communication des ONG humanitaires (Pepper-L’Harmattan, 2010). Il dirige le Master Politiques de communication à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.